Nicole Yrle est une romancière de renom. Sa première  première publication fut le résultat d’un travail à quatre mains avec une amie : un livre destiné aux classes de lycée, Lire à plaisir, suivi d’un autre pour les professeurs, tous deux publiés aux éditions Ellipses.  Désormais, à la retraite, elle se tourne vers une inspiration plus personnelle et consacre une grande partie de son temps à l’écriture de récits, de nouvelles et de romans. Lauréate du Grand Concours Littéraire du Monde Francophone 2008 organisé par l’Académie Poétique et Littéraire de Provence, pour une nouvelle, Éblouissement, et pour le récit Nous nous sommes tout dit.    

 

 

 

Ses dernières publications :

François de Fossa – L’exil d’un virtuose, roman (Première époque – 308 pages), paru en juillet 2015.

Le point de vue de l’éditeur :

Quel destin hors du commun !
François de Fossa, jeune guitariste, fuit la Catalogne, la France et la Révolution, pour s’exiler en Espagne.
Ce jeune homme exalté vit et assouvit ses passions tel un aventurier.
Il fait sienne cette réplique de L’École des Maris de Molière :
« … Les verrous et les grilles / ne font pas la vertu des femmes ni des filles. »
Il s’enflamme pour la beauté et le charme des Madrilènes et des Andalouses. Son appétit élégant pour la gent féminine ne sera supplanté que par cette soif d’exprimer sa virtuosité tant comme interprète que comme compositeur.
Seule la musique sera la maîtresse à laquelle cet éternel séducteur restera fidèle.
Homme de paradoxe, François de Fossa portera l’uniforme cinquante ans durant.
Une vie romanesque qui l’entraînera jusqu’au Mexique.
Une vie romanesque qui traversera la Révolution et l’Europe de Napoléon avec opportunisme.
Nicole Yrle offre son talent, son style précis et subtil à la vie extravagante de ce jeune homme autodidacte et romantique avant l’heure.

Portrait de couverture : Encre originale de Thierry Delory d’après un portrait peint existant.
Photo de l’instrument en couverture : Loïc Robinot
Guitare romantique appartenant à Francisco Ortiz

Lorsque commence le récit, nous assistons au parcours du jeune Fossa pris dans les tourmentes politiques européennes de la fin du XVIIIe et du début du XIXe siècle. Ce parcours chaotique est marqué par deux constances : son affection pour sa sœur et sa passion pour la guitare. Il a composé de nombreuses pièces de qualité qui ont été redécouvertes il y a quelques décennies après être tombées dans un quasi oubli …

Manifestement, Nicole Yrle aime généreusement François de Fossa ! Un récit historique fort détaillé mais une écriture fluide. J’ai énormément apprécié le travail de recherche de Nicole, qui permet à la fois de s’instruire mais aussi de se plonger dans un récit le plus réaliste possible. Une fois encore son écriture opère un charme. Nicole Yrle est une auteure de grand talent dont les récits me plaisent infiniment.
Par ailleurs, j’ai été enthousiasmée par ses multiples recherches, la connaissance pointue de cette époque de l’histoire de France et surtout d’Espagne dont a fait preuve l’auteur. Tout est décrit de façon minutieuse, agréable, intelligente et documentée. On suit avec passion les multiples déboires de ce militaire souvent malchanceux. Son instabilité, ses hésitations, sa passion pour la guitare, son amour immodéré pour sa sœur Thérèse et ses amours  sont autant de merveilleux choix que je partage avec tendresse grâce à sa plume fine et incisive.

François de Fossa – Variations en Clair-Obscur, roman (Seconde époque – 400 pages), paru en septembre 2016.

Le point de vue de l’éditeur :

Juillet 1813, François de Fossa est à Bayonne et retrouve la France qu’il avait fuie lorsqu’il était jeune homme.
Le Premier Empire s’écroule, la société est en ébullition, le peuple inquiet se prépare au pire. Seuls les nobles et les notables rêvent au retour de la monarchie, l’aristocratie savoure déjà sa revanche. Une ère nouvelle est en marche où chacun évolue, s’adapte, cherche à comprendre, à vivre ou à survivre.
François de Fossa espère revoir enfin sa soeur Thérèse, restée à Perpignan, et trouver sa place dans le monde. Mais l’époque troublée de la Restauration fera longtemps obstacle à tous ses projets jusqu’à ce qu’il devienne officier dans l’armée du roi.
Au cours de la seconde période de son existence, il connaîtra des fortunes diverses, à l’image de cette France aux abois qui se relève difficilement, minée par les luttes intestines.
Malchance et tragédie marqueront le destin de François de Fossa et, plus que jamais, la musique restera son refuge : interprète et compositeur, il donnera alors le meilleur de lui-même.
En suivant les pas de l’officier-musicien, vous entrez dans une époque fascinante où les rapports sociaux sont en mutation perpétuelle. Les temps changent…
Nicole Yrle dépeint avec brio cette période passionnante de notre histoire.

Extrait du chapitre 18

« Sophie »

Depuis la maison de la mariée, place du Dôme, le cortège n’a pas beaucoup de chemin à parcourir pour atteindre la chapelle Saint-Laurent, à l’intérieur de la cathédrale. Devant le portail en grès rose, est tendu le ruban rouge que la mariée coupe en petits morceaux avec des ciseaux émoussés destinés à retarder en douceur le passage symbolique du célibat au mariage. Pendant que s’accomplit le rite, François laisse son regard s’élever jusqu’aux guirlandes du baldaquin ajouré, abritant le martyr du Saint, récemment restauré par un sculpteur lorrain.
La beauté tragique de l’œuvre lui inspire un sentiment de solitude mélancolique. La chaleureuse famille des Vautrin et des Schwing ne saurait lui faire oublier la cruelle absence de ceux qu’il aurait aimé avoir à ses côtés en ce jour important : ni Joseph Campagne ni ses enfants n’ont pu venir de si loin, pas plus que le couple Azanza pour qui le voyage aurait été trop long et trop coûteux.
C’est jour de fête. Pourtant une onde de tristesse le parcourt, elle épouse le rythme de l’Andante lamentabile qu’il a composé avec des accords arpégés dont les vagues soutiennent la mélodie chagrine.
Thérèse est là, invisible et tellement présente

Extrait du chapitre 19

« Musique et paternité »

Le silence s’installe, les visages deviennent attentifs, la concentration des musiciens est perceptible avant même qu’ils ne commencent. Le lento sensibile e sostenuto donne au début du premier mouvement une solennité teintée d’émotion avec des effets d’accélération dans le dialogue intime qui s’instaure entre le violon et les guitares ; suit un allegro agitato à la vivacité insolite qui évoque le rythme martelé du jarabe mexicain, souligné par le violoncelle, sans doute une réminiscence du voyage de six années en Nouvelle-Espagne de François. Les échanges de regards et les imperceptibles mouvements de tête des interpètes l’un vers l’autre donnent une profondeur émouvante au lento qui termine. Alors les archets se relèvent en un geste ralenti, la main droite caressante des guitaristes se pose en délicatesse sur les cordes pour les faire taire puis leur bras esquisse une arabesque qui reste un instant comme suspendue.
L’assistance retient son souffle, avec le sentiment d’avoir un rôle à jouer au sein de ce rituel exigeant.

Dans le second tome de la biographie de François de Fossa, l’auteur nous plonge dans la vie tumultueuse de ce compositeur longtemps oublié; partageant ses contraintes militaires et alimentaires mais surtout son goût immodéré pour la composition musicale, les transcriptions pour guitare ( solos, duos…) et sa grande érudition.
Nicole nous fait voyager dans ce siècle de troubles qui secouèrent profondément la France et l’Espagne et ce, avec le souci du détail, mêlant l’Histoire et le roman de la vie du compositeur.
Sa recherche des faits, des us et coutumes de l’époque, de l’atmosphère qui régnait durant cette période dans les diverses couches sociales, est d’une surprenante finesse et d’une rigueur absolue.
Le lecteur entre dans le récit comme s’il en faisait partie, participe à l’incompréhension du peuple face à la guerre, aux passages d’espoirs et de désespoirs de de Fossa, aux intrigues et à l’amour qu’il porte véritablement à ceux qui lui sont chers.
L’écriture de Nicole est intelligente, raffinée et alerte.

Sources : Nicole Yrle raconte, forum Art et Lettres

Pour un aperçu de ses livres et publications voici le lien de son site : NICOLE YRLE